Un résumé des temps forts de la semaine écoulée sur les marchés financiers par Yannick Jamot, Gérant sous mandat chez VEGA IM

Paris, France, 13 novembre 2019

Les marchés actions ont poursuivi leur trajectoire haussière, l’indice européen Stoxx 600 réalisant sa cinquième semaine de hausse consécutive. Le CAC 40 évolue désormais au plus haut depuis près de 12 ans tandis que les indices américains Dow Jones et Standard & Poor's 500 ont atteint, jeudi, des records historiques, à respectivement 27 774 et 3 097 points.

Conflit commercial sino-américain : les négociations en vue d’un accord se poursuivent

Ces hausses ont été une nouvelle fois alimentées par les avancées sur les questions commerciales suite à l’évocation, par des responsables chinois et américains, de la possibilité de revenir sur la perception des droits de douane initialement prévus au fur et à mesure que progresseront les discussions visant à la signature d’un accord. Les négociateurs chinois espèrent notamment obtenir des Etats-Unis l'annulation de la taxe de 15% entrée en vigueur le 1er septembre sur environ 125 milliards de dollars de produits chinois importés.

Bien que D. Trump ait qualifié « d’incorrectes » les informations selon lesquelles il était disposé à supprimer certains droits de douane appliqués à la Chine, la désescalade des tensions n’est pas pour autant remise en cause. La conclusion d’un accord offrirait une meilleure visibilité aux entreprises et conduirait à un restockage dans l’industrie avant que de nouveaux investissements voient le jour.

Dans cette perspective, les valeurs cycliques ont été particulièrement recherchées. Les secteurs des matériaux de base, de l’automobile ou bien de la chimie ont réalisé les meilleures performances de la semaine. Le secteur bancaire a lui bénéficié de la forte remontée des rendements obligataires.

Etats-Unis : regain d’optimisme avec la bonne tenue de l’activité dans les services…

Signe d’un contexte conjoncturel plus favorable, le taux de l’emprunt d’Etat américain à 10 ans est passé de 1,71% à 1,94% sur la semaine, atteignant un point haut depuis début août. Son équivalent français est lui revenu en territoire positif et tutoie désormais ses niveaux de mi-juillet. Sur le marché des changes, la devise américaine s’est raffermie par rapport aux principales devises et par rapport à l’euro (1,1018/€), notamment suite à la publication d’un indice ISM d’activité dans les services nettement supérieur aux attentes pour le mois d’octobre.

… mais conjoncture toujours morose en zone Euro

De l’autre côté de l’Atlantique, des chiffres en demi-teinte ont conduit la Commission Européenne à réviser à la baisse les prévisions de croissance pour la zone euro (à 1,1% en 2019 et 1,2% en 2020). Dans son communiqué, l’institution exhorte « les Etats membres qui disposent d'une marge de manœuvre budgétaire à en faire usage ». L’Allemagne, fortement affectée par le conflit commercial sino-américain, devrait tout de même dégager un excédent budgétaire de 1,2% du PIB cette année.

Au global, les marchés actions ont intégré un scénario de ralentissement contrôlé et font désormais le pari d’évolutions politiques favorables dans un contexte de maintien durable de taux bas. Comme nous l’avions souvent évoqué, le sous-investissement massif des gérants globaux sur les actions devraient, dans ce contexte, continuer à alimenter le retour des flux vers cette classe d’actif.

Expert

Sujet lié